La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Une guerre idéologique et morale

Pour les traditionalistes orthodoxes, l’ennemi ne serait pas l’Otan, mais les dépravations occidentales

Procession de reliques devant la cathédrale du Christ-Sauveur, à Moscou, reconstruite à l’identique après avoir été détruite sous Staline. © Keystone
Procession de reliques devant la cathédrale du Christ-Sauveur, à Moscou, reconstruite à l’identique après avoir été détruite sous Staline. © Keystone

Maurice Page, Cath.ch

Publié le 19.03.2022

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Partager cet article sur:

Conflit » Aujourd’hui, le courant traditionaliste a pris le dessus dans l’orthodoxie russe. Face à la guerre en Ukraine, la question n’est pas tant celle de la sécurité militaire face à l’Otan que la défense idéologique contre les dépravations occidentales, explique Kristana Stöckl, de l’Université d’Innsbruck. Pour elle, le soutien explicite du patriarche Cyrille de Moscou à l’agression de l’Ukraine par Vladimir Poutine trouve ses racines dans les dernières décennies de l’évolution de l’orthodoxie russe. Spécialiste en sociologie des religions, Kristina Stöckl était l’invitée mercredi d’un symposium à l’Université de Fribourg sur le rôle des Eglises dans la guerre en Ukraine.

Comme la plupart des autres Eglises, l’orthodoxie russe est parcourue par t

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11