La Liberté

Les effets pervers du snus

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
En Suisse, près de 1% de la population consommerait régulièrement du snus. © Keystone
En Suisse, près de 1% de la population consommerait régulièrement du snus. © Keystone
Partager cet article sur:
06.01.2020

Toujours plus consommé dès l’école, ce sachet de tabac à sucer peut conduire à des risques de cancer

Thierry Jacolet

Addiction » Il ressemble à un petit sachet de thé et a l’air bien inoffensif jusqu’à ce que Matthieu* le plaque entre la gencive et la lèvre supérieure. Le snus fait alors son effet, stimulant, durant quinze à vingt minutes. «Ça fait un peu tourner la tête au début mais après on sent un léger coup de fouet», confie ce Gruérien âgé de 20 ans.

Matthieu carbure matin, midi et soir au snus, ou plutôt à la «cale» comme il dit, un produit dérivé du tabac à usage oral. Environ 3-4  fois par jour et davantage le week-end. «Ça m’aide à me réveiller», poursuit-il. «J’en prends ensuite dans la voiture pour aller au travail, après la pause de midi et l’après-midi. J’aime aussi en consommer en soirée, quand on boit avec

Articles les plus lus
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00