La Liberté

La Suisse peut se profiler à l’ONU

Publié le 11.03.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Conseil national » Echec de la salve UDC contre la candidature au Conseil de sécurité.

L’UDC s’est attaquée hier une nouvelle fois à la candidature suisse au Conseil de sécurité de l’ONU. Le National n’est toutefois pas entré dans son jeu. Par 125 voix contre 56, il a réitéré son soutien au Conseil fédéral.

L’aversion du parti conservateur n’est pas nouvelle. Au fil des années, Christoph Blocher n’a cessé de dire tout le mal qu’il pensait de la candidature de Berne. Au parlement, le groupe a déposé plusieurs motions exigeant son retrait. Toutes ont échoué. L’élection approchant – elle est prévue pour le 9 juin aux Nations Unies –, l’UDC remet l’ouvrage sur le métier. Elle est cependant bien isolée.

Disposant de suffisamment de députés, le parti a pu imposer une session extraordinaire sur le sujet. Premier déboire: le bureau du National a classé le débat en catégorie IV, soit la moins importante après la procédure tacite. Seul Roger Köppel (udc, ZH) a ainsi pu prendre la parole lors du débat. «Une entrée au Conseil de sécurité torpillerait la neutralité suisse. C’est un risque non calculé pour notre pays.» La neutralité implique de rester en retrait de tout conflit armé ou économique, a-t-il lancé, critiquant les récentes sanctions prises à l’encontre de la Russie dans le cadre de la guerre en Ukraine.

La neutralité et les bons offices ne sont aucunement mis en péril par une candidature au Conseil de sécurité, a opposé le président de la Confédération Ignazio Cassis. Des pays ont pu jouer un rôle médiateur par le passé, alors qu’ils siégeaient au sein de cet organe. La Suède s’est ainsi engagée dans la guerre au Yémen, et l’Allemagne dans le conflit libyen.

La Suisse, qui fête cette année ses vingt ans d’adhésion à l’ONU, a toutes ses chances d’intégrer le Conseil de sécurité en 2023 pour deux ans.

Par ailleurs, une adhésion de la Suisse à l’UE n’est pas à l’ordre du jour. Le Conseil national a rejeté par 117 voix contre 40 et 30 abstentions une motion de Fabian Molina (ps, ZH) demandant l’ouverture de négociations avec Bruxelles.

Le National a aussi rejeté une motion UDC visant à renégocier l’accord sur la libre circulation des personnes afin de mettre en œuvre l’initiative contre l’immigration de masse. ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • Planification à long terme de Swissgrid

    Energie » Le groupe gestionnaire du réseau électrique veut éviter les congestions et garantir la circulation du courant.Swissgrid entend planifier à long...
  • Une alliance pour le climat

    Environnement » Six organisations environnementales, énergétiques et de transport s’allient pour mieux lutter contre la crise climatique et celle liée à la...
  • Logements bon marché soutenus

    Centres urbains » La Confédération, les coopératives d’habitation et les CFF donnent un coup de pouce aux logements d’utilité publique dans les centres...
  • pictogramme abonné La Liberté Pression sur les ports francs suisses

    Le conflit en Ukraine attire l’attention internationale sur les ports francs où des avoirs russes sont cachés
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11