La Liberté

La Suisse «a de quoi faire face à ces obligations supplémentaires»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Les cafetiers restaurateurs ont manifesté samedi dernier à Neuchâtel pour marquer leur désapprobation en cas de nouvelles mesures. © Keystone-photo prétexte
Les cafetiers restaurateurs ont manifesté samedi dernier à Neuchâtel pour marquer leur désapprobation en cas de nouvelles mesures. © Keystone-photo prétexte
Partager cet article sur:
13.01.2021

Impossible à ce stade de prédire combien les nouvelles mesures coûteront à l’économie et à la Confédération. Ueli Maurer n’a pas été en mesure de donner un ordre de grandeur. Il a juste indiqué que «les 2,5 milliards prévus pour financer les cas de rigueur ne suffiront pas»

Yves Genier

La task force doit détailler la question du coût des nouvelles mesures ce jeudi. En attendant, ses membres se taisent sur la question.

8%

Les engagements totaux pris par la Confédération par rapport au PIB

Mais même si la facture devait quadrupler, la Suisse «a largement de quoi faire face à ces obligations supplémentaires», observe Cédric Tille, professeur d’économie à HEID à Genève et membre du Conseil de banque de la Banque nationale suisse (BNS). Les engagements financiers totaux pris par la Confédération et les cantons – y compris les garanties de prêts Covid –  avoisinent, selon ses calculs, environ 8% du produit intérieur brut (PIB).

La Confédération dispose, de plus, d’une marge de manœuvre extrêmement confortable pour financer cet effort par la dette. «

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00