La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Des résidents qui se laissent mourir

Chaque année, des centaines d’aînés refusent de s’alimenter en EMS, jusqu’à la mort. Suicide ou non?

ariane Gigon, Zurich

Publié le 23.10.2019

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Partager cet article sur:

Fin de vie » Chaque année en Suisse, quelque 450 pensionnaires d’EMS décèdent des suites d’un renoncement volontaire à toute alimentation solide ou liquide. Une étude de la Haute Ecole zurichoise des sciences appliquées (ZHAW) jette pour la première fois un peu de lumière sur un phénomène encore tabou, indique un professionnel fribourgeois.

Selon les deux chercheurs de la ZHAW André Fringer et Sabrina Stängle, 1,7% des décès survenant dans les établissements médico-sociaux de Suisse sont dus à un renoncement volontaire aux aliments et aux liquides (RVAL, selon l’abréviation officielle). Cela représente quelque 450 personnes. Leur étude, qui sera publiée dans le courant de l’année prochaine, est la première à chiffrer le phénomène en Suisse.

«La recherche est encore rare, explique Sabrina Stängle. Des travaux existent déjà aux Pays-Bas, mais ils portaient sur tous les décès, et non seulement ceux survenus en EMS.» Selon ces études, la proportion de décès par RVAL s’étai

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00