La Liberté

Les livreurs livrés à eux-mêmes

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Les coursiers d’Uber Eats sont présents à Fribourg depuis décembre 2019. © Alain Wicht
Les coursiers d’Uber Eats sont présents à Fribourg depuis décembre 2019. © Alain Wicht
Partager cet article sur:
22.07.2020

Les coursiers d’Uber Eats ont des conditions de travail précaires. Un vide juridique subsiste

Arnaud Rolle

Emploi » Charges sociales impayées, sous-assurance, salaires de misère, la réalité de l’entreprise Uber Eats est bien loin du cliché cool, flexible et connecté qu’elle véhicule. Arrivée mi-décembre 2019 à Fribourg, elle permet à quiconque de devenir livreur de repas en s’inscrivant sur une application mobile.

Le débat n’est pas nouveau. Dès l’apparition d’Uber en Suisse, le statut de ses chauffeurs de taxi a mis les autorités dans l’embarras. Il en est aujourd’hui de même pour les coursiers Uber Eats.

Uber Eats affirme ne pas être un employeur et considère ses coursiers comme des indépendants, responsables donc de leur propre couverture sociale. La réalité est tout autre, en témoignent les deu

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00