La Liberté

La distance ne pourra jamais arrêter l’amour

Partager cet article sur:
27.03.2020

Chaque jour, nous diffusons une lettre qui est ensuite lue dans les EMS. La plume est cette fois tenue par Anne-Claude Demierre, présidente du Conseil d’Etat fribourgeois.

Lettre à nos aînés

Ma chère Maman, te voilà à l’hôpital depuis plus d’un mois. Personne ne peut venir te voir, de peur de te rendre encore plus malade. Une chute dans les escaliers, juste au moment où un nouveau virus a commencé à se propager parmi la population, et tout a basculé pour toi, pour moi, pour nous tous. Nous sommes chamboulés.

Nous luttons au quotidien pour endiguer la propagation du virus. Nous devons respecter les règles de la Confédération: se tenir à distance de 2 mètres, ne plus sortir de la maison sauf pour des activités essentielles comme faire des courses, se rendre à la pharmacie, prendre soin de quelqu’un ou exercer une de ces professions qui permettent à la société de ne pas s’arrêter.

Nous expérimentons l’isolement, l’inquiétude, la peur. Nous ne pouvons plus voir des amis ni des proches. Tout regroupement de plus de 5 personnes est interdit. Les enfants ne vont plus à l’école. Jour après jour, nous devons affronter de nouveaux défis et nous remettons à jour nos priorités individuelles et sociales. Nous vivons un moment historique. Il nous faut être forts, créatifs, solidaires.

«Plus que jamais, je ressens une immense gratitude et de l’admiration»

Plus que jamais, je ressens une immense gratitude et de l’admiration envers l’ensemble des personnes qui sont encore sur le terrain, dans les hôpitaux, les EMS, les services d’aide et de soins à domicile, les institutions pour personnes en situation de handicap, les magasins, les ambulances, la sécurité, les transports publics, la poste, les entreprises, etc. Qu’elles sachent qu’en tant que représentants de l’Etat, nous les soutenons et les remercions, du fond du cœur.

Je pense souvent à toi ainsi qu’à toutes les personnes dans les EMS, les hôpitaux, les institutions pour personnes en situation de handicap ou seules à la maison. Cette solitude si lourde et douloureuse est pourtant nécessaire, elle vise à nous protéger les uns des autres. Car dans cette situation si nouvelle et étrange, chacun de nous peut transmettre le virus aux autres. Pour protéger ceux que nous aimons, nous devons rester éloignés. C’est difficile. Cependant, au fur et à mesure que les jours passent, je comprends que si la distance physique entre nous va arrêter ce virus, elle ne pourra jamais arrêter l’amour.

Merci maman, pour être ce que tu es, pour ta générosité, ta force, ton sourire. Merci pour tout ce que tu nous donnes. Je t’embrasse tendrement et me réjouis de pouvoir à nouveau te serrer dans mes bras. Ça sera très beau de se retrouver.

Anne-Claude Demierre
Présidente du Conseil d’état, La Tour-de-Trême


» Cette opération de solidarité est lancée de concert avec d’autres quotidiens régionaux de Suisse romande: Le Quotidien Jurassien dans le Jura, Arcinfo à Neuchâtel, Le Journal du Jura (Berne francophone) et Le Nouvelliste, en Valais. La Côte, basée à Nyon, et le magazine Générations se sont également joints au mouvement.

Mais la solidarité ne se confine évidemment pas aux seules rédactions. C’est pourquoi nous vous lançons un appel, à vous, chers lecteurs: écrivez vous aussi votre lettre à nos aînés et faites-nous la parvenir par courriel à l’adresse suivante: redaction@laliberte.ch. Nous publierons les plus belles dans nos prochaines éditions.

Les lettres précédentes:

» La lettre de Serge Gumy
» La lettre de René Prêtre

Articles les plus lus
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00