La Liberté

«J’essayais de ne pas paniquer»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
«Les jeunes ne sont pas à l’abri de cette maladie», prévient Valérie Pittet, qui a dû interrompre ses études pendant un mois. © Alain Wicht
«Les jeunes ne sont pas à l’abri de cette maladie», prévient Valérie Pittet, qui a dû interrompre ses études pendant un mois. © Alain Wicht
Partager cet article sur:
14.04.2020

Valérie Pittet, étudiante glânoise, raconte son calvaire, touchée par le virus, et met en garde les jeunes

Patrick Chuard

Témoignage » «J’ai vécu des nuits blanches. Un vrai cauchemar. J’avais l’impression d’avoir une grenade collée au sternum, j’essayais juste de ne pas paniquer», raconte Valérie Pittet. Cette Romontoise de 22 ans a été clouée au lit pendant deux semaines à cause du coronavirus. Puis elle a dû attendre deux semaines supplémentaires pour être en état de reprendre ses études. «Au début, je ne pouvais même pas me concentrer pour lire cinq lignes.» Valérie Pittet n’est pas la première ni la dernière jeune femme à être malade du coronavirus, elle a eu la chance d’échapper aux soins intensifs. Mais son témoignage rappelle que le Covid-19 n’est pas une maladie bénigne, même si l’on est jeune et en bonne santé.

Articles les plus lus
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00