La Liberté

Pour apprendre de ses erreurs

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Un exemple de matériel autocorrectif utilisé dans les écoles Montessori. © Adobe Stock
Un exemple de matériel autocorrectif utilisé dans les écoles Montessori. © Adobe Stock
Partager cet article sur:
14.09.2020

Chercheuse en neurosciences, Solange Denervaud étudie l’activité cérébrale des enfants

Elisabeth Haas

Pédagogie » Les enfants passent une grande partie de leur temps en classe. Ce qu’ils y apprennent va au-delà de la lecture, de l’orthographe ou des maths. La manière dont est organisé l’enseignement et sa qualité ont une énorme influence sur leur capacité future à être des citoyens ou à faire face aux difficultés de la vie. L’école va même déterminer s’ils apprendront de leurs erreurs ou s’ils associeront des sentiments négatifs à l’apprentissage, comme la peur de faire faux. Les chercheurs en neurosciences, grâce à l’imagerie cérébrale, parviennent aujourd’hui à comprendre ce qui se passe dans la tête d’un enfant au-delà de l’évaluation des acquisitions ou des objectifs atteints.

Solange Denervaud, pour sa thèse de doctorat en neurosciences à l’Université de Lausanne, publiée cette année1, a comparé les compétences d’élèves de classes publiques avec celles d’enfants suivant un cursus scolaire selon la pédagogie Montessori.

Pourquoi vous êtes

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00