La Liberté

Un labyrinthe bureaucratique attachant

L’article en ligne – Série » La saison deux de Parlement, sortie en mai, dépeint le charme discret des institutions européennes.

« Parlement » réussit la prouesse de rendre le travail d’assistant parlementaire intéressant et haletant à suivre. © Cinétévé-FTV Slash / Benoît Linder
« Parlement » réussit la prouesse de rendre le travail d’assistant parlementaire intéressant et haletant à suivre. © Cinétévé-FTV Slash / Benoît Linder

Franck Descloux

Publié le 04.07.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Lorsqu’il est question de séries politiques, des noms connus viennent instantanément à l’esprit. Nous pouvons parler de Borgen, dont une nouvelle saison vient d’ailleurs de sortir, ou de House of Cards. Derrière ces mastodontes, d’autres créations françaises ont réussi à se faire une place récemment à l’image de Baron Noir ou des Sauvages. Si toutes se déroulent dans environnements bien différents, tantôt au Danemark ou en périphérie de Paris, elles ont un autre point commun que d’exclusivement parler du monde politique. Ce ne sont pas des séries humoristiques.

Là intervient la nouvelle saison de Parlement. Une fois plongés dans les dix épisodes d’une trentaine de minutes chacun, le style clairement satirique détonne. Les couloirs froids du Parlement Européen, à Strasbourg, paraissent tout à coup moins monotones. Cela tient en premier lieu du fait des personnages. Le principal d’entre eux, Sami Cantor est l’assistant d’une députée européenne aux ambitions fortes et au caractère bien trempés, Valentine Cantel. Petit à petit, tout le petit monde qui forme l’écosystème du Parlement Européen apparaît. Parlementaires, collaborateurs, lobbyistes et médias participent chacun dans leurs rôles au bazar organisé que les coréalisateurs Émilie Noblet et Noé Debré ont réussi à mettre en scène avec brio.

Après avoir regardé d’une seule traite les épisodes, le plus fou est de se rendre compte que l’on n’a pas vu le temps passer. On se prend de curiosité à ne pas pouvoir attendre de connaître les étapes que Sami Cantor va devoir affronter pour faire passer une partie d’une loi sur la pêche. Va-t-il réussir à mener des négociations tendues avec les parties adverses ? Les lobbys de la pêche industrielle vont-ils saboter le vote de son amendement ?

Derrière ces questions techniques, la série réussit un véritable tour de force. Chaque téléspectateur peut se rendre compte de tout ce qui se passe derrière les murs de l’hémicycle strasbourgeois. Les institutions européennes, sous leurs aspects distants et anachroniques, sont un pilier essentiel de la démocratie du continent. En fin de compte, « Parlement » ne participerait-elle pas à redonner goût aux urnes et au débat?

 

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • Logements pour étudiants

    Apartis, fondation à but non lucratif, met à disposition des appartements et des studios pour les étudiants en ville de Fribourg
  • Un salon de coiffure, mais pas que

    Coup de cœur » Elisa Reynaud, 24 ans, vient d’ouvrir son salon de coiffure La Beauteria, spécialisé dans la transformation capillaire et la pose...
  • Pas d’ennui autour d’un puzzle

    C’est tendance!Il fait trop chaud, on reste à l’ombre, au frais, dedans. On sort un puzzle?Alors que les journées d’été se ressemblent, qu’il fait chaud à ne...
  • BeReal: l'intrusion ?

    L’article en ligne – Application » Depuis quelques mois, l’application BeReal promettant l’échange de moments authentiques entre amis prend de l’ampleur auprès...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11