La Liberté

Six chansons pour affronter la canicule

Face à l'été - bien s'hydrater © Alain Wicht
Face à l'été - bien s'hydrater © Alain Wicht
Partager cet article sur:
18.08.2019

L’article en ligne – Playlist » En ces temps de chaleurs étouffantes, de fournaises impitoyables, de températures extraordinairement élevées, il est avisé de penser à régulièrement s’hydrater l’organisme, comme les oreilles. Voici six chansons pour affronter (plus ou moins) dignement la canicule.

Henri Dès – L’eau c’est de l’or

C’est à Henri Dès de nous rappeler les bases. Eh oui « l’eau c’est de l’or » ! Rien de tel qu’un bon petit verre d’eau pour balayer d’un coup toute la fatigue d’un homme, d’autant plus quand il fait si chaud. Et, de la même façon, rien de mieux qu’une ballade folk aux légers accents country douce comme la fluidité d’une eau de source dans la gorge pour nous le rappeler. Mais n’oublions pas que ce bon Henri Dès, s’il est un romantique, n’en est pas niais pour autant. Et il n’a besoin que de sa guitare et de sa lucidité pour nous délivrer un message (en rimes, s’il vous plaît) bien d’actualité : l’eau c’est de l’or, mais plus pour longtemps :

« Oui mais demain / Comme par hasard / Un beau matin / Il sera trop tard / Et tu verras / Ce que tu vas voir / Quand on aura / Plus rien à boire »

…Brrr… Voilà quelques vers qui à défaut de contenir de l’eau, font bien froid dans le dos.  Et tout cela avec la simplicité  qui caractérise Henri Dès  rappelant à notre souvenir que s’il est important de s’hydrater, il est encore mieux de se rafraîchir les idées.


Hermann’s Hermitt – No Milk Today

C’est lorsque les choses disparaissent que nous nous apercevons à quel point nous les aimions. C’est la triste réalité que vient nous rappeler Hermann’s Hermitt, une bande de Britanniques en costumes ayant fait son beurre dans le sillage des Beatles à l’aube des années 1960. Il est ici question d’un homme qui se rend compte avec tristesse et dégout que non, il n’y aura pas de lait ce matin. Et pas de compagne non plus puisque vraisemblablement, c’est elle qui se chargeait du lait dans le ménage. Vision anodine à laquelle les passants ne prêtent qu’une polie indifférence, ignorants qu’ils sont de la tragédie sentimentale qui se déroule devant leurs yeux. Une parabole bien profonde car, après tout, qui peut se passer de lait quand on a perdu l’amour.


Jacques Brel – La bière

C’est naturellement à un Belge que revient l’honneur de parler du malte. Déjà parce que c’est nos cousins du nord qui sont les meilleurs dans le domaine et ensuite, parce que le Belge en question n’est pas n’importe qui. Le grand Jacques nous fait ici une ode à la boisson la plus populaire de l’Europe Occidentale : « ça sent la bière de Londres à Berlin/ ça sent la bière Dieu qu’on est bien ». Il fallait bien la plume de Brel, sa poésie et son sens de l’image pour faire honneur à ce qui est peut-être la dernière bouée sur laquelle notre civilisation peut se raccrocher en temps de chaleurs extrêmes : « C’est plein de mémère qui ont depuis toujours/ Un sein pour la bière, un sein pour l’amour ». Faisons attention à ne pas tout mélanger, cela dit….   

Nancy Sinatra et Lee Hazlewood – Summer Wine

Lee Hazlewood, le cowboy taciturne, et Nancy Sinatra, la classieuse starlette, s’associe pour nous chanter les louanges du fruit de la vigne, ainsi que ses dangers… Dans cette fable où un séduisant garçon vacher se fait enivrer de « vin d’été » par une belle vigneronne qui en profite pour lui voler ses éperons d’argents, le contraste entre la voix rauque et le frasé lancinant de Lee et le machiavélisme séducteur de Nancy fait des merveilles. Le tout servi par des cordes frottées hypnotisantes comme un noble cru. Mais attention, le vin, même par un été caniculaire, se consomme avec modération, contrairement au morceau.

The Doors – Alabama Song

Après la bière et le vin : le whisky ! Et si les précédents chantaient leurs boissons, Jim Morrison n’a qu’un projet, c’est boire : « Montrez-moi la voie/Vers le prochain bar à Whisky/Oh ne demandez pas pourquoi/Cas si nous ne trouvons pas/ (…)/Je vous dis que nous devons mourir ». C’est donc une question de vie ou de mort pour la bande de Jim et c’est sur un air de foxtrot qui invoque le fantôme des saloons et des pubs d’antan qu’elle y répond. Il faut dire qu’avec toute ces vapeurs… *Guips *… nous aussi avons du mal…*Guips*… à le trouver le prochain bar.   

Vasco Rossi – Bollicine

« Bois du Coca Cola, ça te fera du bien ! » nous hurle Vasco Rossi comme pour nous empêcher de nous fourvoyer dans ce déluge d’alcool dans lequel semblent se complaire ces collègues. À première vu, un conseil un brun naïf. Mais c’est oublier que le rockeur italien, passé par toutes les addictions, scande cette hymne à la boisson américaine avec l’ironie mordante dont il a le secret. Agrémentant sa musique de moult effets sonores convoquant les boissons gazeuses et les « bollicine » du titre, le chanteur parachève l’irrévérence rafraichissante d’un morceau et d’un album de légende. »  

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00