La Liberté

Jane Birkin, mère veille

Post-scriptum, le second tome de ses journaux sorti en octobre dernier, traverse les années 1982 à 2013, jusqu’à la mort de sa fille Kate, le 11 décembre 2013. Jane Birkin y raconte au jour le jour le tourbillon de sa vie. © Keystone
Post-scriptum, le second tome de ses journaux sorti en octobre dernier, traverse les années 1982 à 2013, jusqu’à la mort de sa fille Kate, le 11 décembre 2013. Jane Birkin y raconte au jour le jour le tourbillon de sa vie. © Keystone
Partager cet article sur:
30.12.2019

La chanteuse raconte dans ses notes intimes son rapport à ses trois filles, notamment à Kate, disparue

Anne Diatkine

Témoignage » Avec les années, Jane Birkin ressemble de plus en plus à Bob Dylan. Ce n’est pas uniquement une question de décontraction juvénile ou de jeans noirs, et on imagine sans peine que Jane, on l’appelle Jane, comme tout le monde, est beaucoup plus lumineuse et volubile que le sombre Prix Nobel de littérature 2016. Comme lui, elle s’est engagée dans une tournée sans fin, dont elle ne saurait situer ni le début ni la limite.

Jane a encore quelques dates, «à la sortie de Paris», comme elle dit, puis d’autres, et ce sont des moments «joyeux», des trouées dans le tracas du quotidien où, pendant une heure et demie, rien ne peut lui arriver, elle est «tranquille» sur scène, «choyée», et à chaque nouvelle étape elle profite de visiter un petit musée ou une église dénichés par Christophe, son assistant, sans oublier Dolly, son bouledogue, qui pour l’instant ronfle bruyamment à ses pieds.

Le tourbillon de sa vie

Grâce à sa tournée sans fin, Jane Birkin connaît le moindre

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00