La Liberté

Catastrophe dans le Grand Nord

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
L’état d’urgence a été décrété dans la région de Norilsk, à 2900 km de Moscou, où près de 20 000 tonnes de carburant diesel se sont déversées dans la rivière Ambarnaïa. © Keystone
L’état d’urgence a été décrété dans la région de Norilsk, à 2900 km de Moscou, où près de 20 000 tonnes de carburant diesel se sont déversées dans la rivière Ambarnaïa. © Keystone
Partager cet article sur:
06.06.2020

Plus de 20 000 tonnes d’hydrocarbures se sont déversés dans une rivière de l’Arctique russe

Lucien jacques, Moscou

Russie » L’eau de la rivière Ambarnaïa s’est teintée de rouge vif aux reflets irisés, ajoutant encore à l’apparence extraterrestre de la toundra du Grand Nord russe. Cela pourrait être beau si ce n’était pas tragique, le résultat d’un accident industriel qui menace de devenir la pire catastrophe écologique de l’histoire de l’Arctique.

Le 29 mai, la rupture d’une cuve de carburant dans une station électrique près de Norilsk, dans l’Arctique russe, rejette dans l’Ambarnaïa 21 000 tonnes de diesel. En aval, le lac Piassino, la mer de Kara, et au bout, l’océan Arctique. Les autorités nationales ne sont mises au courant que le mardi 2 juin. Dans l’un de ces Conseils des ministres télévisés, devenus la norme de l’ère Covid, Vladimir Poutine admoneste vertement les dirigeants de la région pour la lenteur de leur réaction: «Alors maintenant, il faut se tenir au courant des catastrophes écologiques sur les réseaux sociaux, c’est ça? Mais vous êtes malades?»

Barrages flottants

Le

Articles les plus lus
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00