La Liberté

Teatro Dimitri: nouveaux modèles pour sortir de la crise

Partager cet article sur:
23.02.2021

Pandémie » L’industrie théâtrale a connu une année difficile et se trouve devant une saison incertaine. Ainsi les créateurs du Teatro Dimitri de Verscio (TI) ont prévu deux scénarios et bricolent de nouvelles formes de théâtre.

Markus Kunz, ancien directeur et actuel conseiller du Teatro Dimitri, donne le sentiment d’un nouveau départ, malgré son respect pour «l’immense défi économique» que la crise liée au coronavirus a imposé au théâtre. Il accompagne le Teatro Dimitri, qui s’est engagé dans une tradition non verbale et burlesque, dans une phase de réorientation.

Avec les artistes, le théâtre essaie de tirer le meilleur parti de la situation, résume-t-il. L’année dernière, ils avaient déjà transféré de nombreux événements à l’extérieur et créé une infrastructure en plein air qui répondait largement aux exigences de l’Office fédéral de la santé publique: «Notre public s’est senti très à l’aise et en sécurité», pense-t-il. Au cours de la prochaine saison, les théâtres en plein air prendront encore plus d’importance, prédit l’ancien directeur. Bien que le Teatro Dimitri, avec son emplacement dans le Sopraceneri, soit favorisé par le climat, les caprices du ciel présentent toutefois également un risque.

Markus Kunz est convaincu que l’expérience acquise l’année dernière peut également être mise à profit dans la période post-pandémique: «Quelque chose de grand est sorti de l’adversité, et nous allons probablement l’institutionnaliser à l’avenir.» Comme personne ne peut prédire l’évolution de la pandémie, le Teatro Dimitri prévoit deux scénarios: «Espérer le meilleur, anticiper le pire», résume Markus Kunz. Un premier plan prévoit que le théâtre puisse ouvrir au printemps et fonctionner normalement en été, le deuxième, un report de l’ouverture prévue en avril et un été pas «normal» non plus.

Dans ce dernier cas, de nouvelles solutions créatives seraient nécessaires. «En plus du théâtre classique en plein air, nous réfléchissons actuellement à de nouveaux modèles de scènes.» Il est imaginable d’utiliser simultanément des espaces intérieurs et extérieurs pour certaines pièces et de créer une sorte d'«expérience processionnelle», comme l’appelle Markus Kunz: «Le public visiterait alors différents espaces et scènes», avec «plus d’air» entre les acteurs et le public.

Ce dernier est conscient qu’un passage à court terme au théâtre en plein air et aux nouvelles formes de scène exige une grande flexibilité de la part de tout le monde. Selon lui, les artistes ont appris à gérer cette situation de crise. Il n’y a ainsi pas de tergiversations lorsqu’il est question de nouvelles idées, ils se mettent simplement au travail: «Ils ont une faim énorme. Ils veulent enfin retourner sur scène.»

Eva Pfirter, ATS

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00