La Liberté

Résister, danser ou mourir

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Danser ou mourir: cette devise d’Ahmad Joudeh est aussi une manière de s’opposer à l’Etat islamique en Syrie. Roozbeh Kaboly/Arte.tv
Danser ou mourir: cette devise d’Ahmad Joudeh est aussi une manière de s’opposer à l’Etat islamique en Syrie. Roozbeh Kaboly/Arte.tv
Partager cet article sur:
08.01.2021

A voir sur Arte, le parcours d’un réfugié syrien, des ruines de Damas au Ballet national d’Amsterdam

Gilles Labarthe

Documentaire » «Chacun mène son propre combat. Le mien a commencé quand j’ai voulu devenir un danseur.» Dans une Syrie ravagée par la guerre, le jeune Ahmad Joudeh a tout perdu: sa maison, ses oncles, une bonne partie de sa famille tombée sous les coups des assaillants ou en fuite à l’étranger, l’innocence des années d’enfance et d’adolescence où il a été élevé, entre Palmyre et Damas… et même le droit d’exercer. Il a été formé à la danse classique – un art profane et insupportable aux yeux des dirigeants de l’Etat islamique. Ahmad devient une cible à abattre. Il esquisse des mouvements sur la terrasse d’un immeuble délabré, répète une chorégraphie, enseigne à des enfants? Perversion que tout cela, pour les tenants de l’islam rigorist

Même sujet
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00