La Liberté

L’amant trouble, aujourd’hui encore

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Au théâtre comme dans un salon: Anne Schwaller et Guillaume Prin jouent La petite au chapeau de feutre. © Charly Rappo
Au théâtre comme dans un salon: Anne Schwaller et Guillaume Prin jouent La petite au chapeau de feutre. © Charly Rappo
Partager cet article sur:
28.06.2021

Critique spectacle

La forme semble hésiter. Lecture? Pièce? Anne Schwaller et Guillaume Prin entrent dans le salon qu’ils ont installé dans la salle d’exposition de Nuithonie en disant: «Bonjour!» Ils prennent le roman L’amant en main, qu’ils commencent à lire, on pense assister à une lecture. Car le texte n’est pas théâtral et la mise en condition – lumières tamisées, petite jauge et placement en cercle – appelle à la confidence.

Mais, très vite, le duo s’empare du texte dans une forme d’entre-deux troublant, où la frontière n’est pas claire, où il serait peut-être quand même en train d’incarner des rôles. La scénographie, avec tous ses accessoires, est très travaillée, les bruitages sont réalistes, les comédiens ne font assurément pas qu

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00