La Liberté

Nick Cave joue avec le silence pour compagnon

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
28.11.2020

Musique » En mode piano-voix, le crooner australien publie un récital envoûtant.

Ils devaient, cette année encore, faire pleuvoir les décibels sur les foules en délire. Le virus maudit dont on n’a plus envie de prononcer le nom en a décidé autrement. Privé de ses furieux et fabuleux Bad Seeds, Nick Cave est resté cloîtré avec le silence comme principal compagnon. En juillet dernier, aux premières heures du déconfinement britannique, le sombre crooner s’est retrouvé, seul devant un piano, dans la salle de l’Alexandra Palace désertée. Là, il a revisité son répertoire au fil d’un concert proposé quelques jours plus tard en streaming, une fois seulement. Ce mois-ci, Idiot Prayer, le double album retraçant ce moment très spécial, est mis sur le marché. Au premier abord, l’affaire pouvait laisser craindre le pire: une performance austère uniquement destinée à ceux qui ont le moral au beau fixe.

Vu l’ambiance douloureuse des deux disques précédents (Skeleton Tree, Ghosteen),

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00