La Liberté

La séparation du «Muppet Show»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Les deux vieux du Muppet: ces deux-là, dans la «vraie» vie, se prénommaient Oskar et Ernest. © DR
Les deux vieux du Muppet: ces deux-là, dans la «vraie» vie, se prénommaient Oskar et Ernest. © DR
Partager cet article sur:
29.04.2020

Michaël Perruchoud

Le mot de la fin

Le Suisse alémanique gueulard qui fut longiligne en sa jeunesse, c’était Oskar. Le bon gaillard dodu qui n’avait pas traîné longtemps à l’école, mais qui avait le verbe élégant, s’appelait Ernest. Il en était quelques autres qui les rejoignaient dès le milieu de la matinée dans le bistrot où ils refaisaient le monde. Mais eux, c’était spécial. Un fil invisible reliait Oskar et Ernest, une histoire qui transcende les siècles, qui remonte à Montaigne et La Boétie. L’amitié, ça s’appelle.

Ils se sont engueulés, incendiés, insultés, balancé des godets au visage, ils se sont serré la pogne, prêté du fric, réconciliés, tout cela en tirades parsemées de mots qu’on n’écrit pas dans les journaux.

<

Articles les plus lus
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00