La Liberté

Je disais «qué!», eux disaient «técol»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le Vully: notre chroniqueur y avait appris à dire «qué!», jadis, comme tout le monde dans la région. © Aldo Ellena
Le Vully: notre chroniqueur y avait appris à dire «qué!», jadis, comme tout le monde dans la région. © Aldo Ellena
Partager cet article sur:
12.11.2019

michel simonet

Le mot de la fin

J’ai connu ma ville pour la première fois le dimanche 16 novembre 1969, à l’âge de huit ans. Quelle mémoire, n’est-ce pas? Il faut dire que c’était également le jour où j’assistais à mon premier match de foot de ligue A. L’équipe néopromue du FC Fribourg de Tippelt et Sommer recevait un champion suisse en titre, le FC Bâle d’Odermatt et Benthaus. Le stade Saint-Léonard plein comme un œuf, les cris du curé Noël et les sifflets, la bouteille de bière vide rapportée contre dix centimes et les publicités du haut-parleur m’avaient marqué. Beaucoup plus que le score final de 0-0…

Je savais aussi que ce pèlerinage dominical sportif et familial avait pour but de nous faire découvrir une géographie dans laquelle nous allions déménager deux semaines

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00