La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Dans les villes de grande solitude

Du béton, dans les très grandes villes, il ne sort pas toujours du bon. © Timon Studer/Unsplash
Du béton, dans les très grandes villes, il ne sort pas toujours du bon. © Timon Studer/Unsplash

Pascal Bertschy

Publié le 28.01.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Le mot de la fin

Le photographe René Robert, né à Fribourg et installé depuis longtemps à Paris, avait 85 ans. Il se promenait près de chez lui, le soir du 19 janvier, quand il a perdu connaissance dans la rue.

Après sa chute, il a agonisé durant des heures sur le trottoir sans qu’un passant daigne s’arrêter. Sur cet océan d’indifférence, seul un sans-abri a fini par se préoccuper de cet homme allongé sur le sol au cœur du quartier de la République.

La République et sa capitale ont bonne mine: la fin de René Robert, rapportée cette semaine par un de ses amis, a bouleversé et glacé beaucoup de monde.

Mourir un soir d’hiver sur un trottoir de Paris, après une nuit d’agonie, comment est-ce possible? Je vous ferais bien une chronique sur ce que ce drame dit de «la société», son délitement, son individualisme fou, sa course effrénée vers l’abîme. Sans oublier de déplorer la ville atroce que devient Paris.

Cette chronique est tentante. En l’écrivant, je me ferais p

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Aujourd’hui, vous claquez vos sous

    Le mot de la fin Aujourd’hui, vous avez un petit coup de mou. Entre ces lendemains de pandémie qui ne chantent pas aussi joyeusement qu’on l’espérait, votre...
  • pictogramme abonné La Liberté Ah! non, il n’est pas mort le soleil

    Le mot de la fin Nicoletta est une chanteuse épatante. Elle devrait pourtant remballer un de ses tubes. Il est mort le soleil (1968) relève du délire...
  • pictogramme abonné La Liberté Le club sélect des hauts potentiels

    Le mot de la fin Ils sont partout. En vitrine de nos librairies, sur les plateaux télé, les forums, les groupes Facebook dédiés et surtout, surtout, à la...
  • pictogramme abonné La Liberté Une très bonne raison de pleurer

    Le mot de la fin J’avais à l’époque une collègue qui ne m’appréciait guère. Elle aurait souhaité que ceux qui travaillaient avec elle partagent une même...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00