La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Chopin, à jamais l’élu de mon cœur

Depuis l’achat de cette cassette audio, elle n’aura qu’une idée en tête: apprendre à jouer du piano. © Alain wicht/archives
Depuis l’achat de cette cassette audio, elle n’aura qu’une idée en tête: apprendre à jouer du piano. © Alain wicht/archives

Lise Michel

Publié le 19.01.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Le mot de la fin

Quand j’avais quatre ans, j’ai reçu une cassette audio: le Concerto pour piano No 2 de Chopin. Depuis lors, j’ai voulu apprendre à jouer du piano (ma sœur, qui avait reçu un enregistrement de Mozart, a jeté son dévolu sur le violon). Ce Graal que je trimbalais jusque dans les dortoirs du camp de ski aura tôt fait de me donner le goût de la musique classique.

Depuis l’achat de cette cassette au Denner d’Estavayer-le-lac, je n’ai fait que supplier mes parents pour apprendre à jouer du noble instrument. J’ai attendu mes six ans et demi pour pouvoir enfin suivre mes premières leçons chez V. Brasey. Ce sera ensuite quinze ans de bonheur et de sueur afin d’atteindre le plaisir de jouer, ma foi, pas de grandes pièces, mais suffisamment bien pour faire valser les notes le dimanche.

Ce concerto, chacun devrait l’écouter au moins une fois dans sa vie. Il réunit un panel de sentiments qui animent l’âme humaine et touchent jusqu’à la glande lacrymale. Le thème du pr

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Aujourd’hui, vous claquez vos sous

    Le mot de la fin Aujourd’hui, vous avez un petit coup de mou. Entre ces lendemains de pandémie qui ne chantent pas aussi joyeusement qu’on l’espérait, votre...
  • pictogramme abonné La Liberté Ah! non, il n’est pas mort le soleil

    Le mot de la fin Nicoletta est une chanteuse épatante. Elle devrait pourtant remballer un de ses tubes. Il est mort le soleil (1968) relève du délire...
  • pictogramme abonné La Liberté Le club sélect des hauts potentiels

    Le mot de la fin Ils sont partout. En vitrine de nos librairies, sur les plateaux télé, les forums, les groupes Facebook dédiés et surtout, surtout, à la...
  • pictogramme abonné La Liberté Une très bonne raison de pleurer

    Le mot de la fin J’avais à l’époque une collègue qui ne m’appréciait guère. Elle aurait souhaité que ceux qui travaillaient avec elle partagent une même...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00