La Liberté

06.06.2020

Trudeau, un genou à terre avec des manifestants contre le racisme

Justin Trudeau s'est agenouillé pendant une marche anti-racisme devant le parlement à Ottawa. © KEYSTONE/AP/Sean Kilpatrick
Justin Trudeau s'est agenouillé pendant une marche anti-racisme devant le parlement à Ottawa. © KEYSTONE/AP/Sean Kilpatrick
Partager cet article sur:
06.06.2020

Posant un genou à terre, le premier ministre canadien Justin Trudeau s'est joint vendredi à Ottawa à des milliers de manifestants pour dénoncer le racisme et la violence policière après la mort de George Floyd aux Etats-Unis. Il a répété plusieurs fois ce geste.

La dernière fois pendant 8 minutes 46 secondes, le temps qu'a duré le supplice de George Floyd sous le genou du policier blanc, malgré ses supplications.

Le premier ministre a rejoint le rassemblement devant le Parlement en hommage à ce père de famille noir, dont la mort a déclenché un mouvement mondial de révolte et de protestations. Il était accompagné du ministre responsable de la famille, Ahmed Hussen.

M. Trudeau tenait dans ses mains un t-shirt noir frappé de l'inscription en blanc "Black Lives Matter" que lui avaient remis des manifestants. Il ne s'est pas adressé à la foule, mais il a plusieurs fois hoché la tête en signe d'approbation, applaudissant également les discours prononcés au micro scandant "Black Lives Matter" et réclamant "le changement maintenant".

"Au cours des dernières semaines, nous avons vu qu'un grand nombre de Canadiens se sont soudainement rendu compte que la discrimination est une réalité vécue par un trop grand nombre de nos concitoyens et quelque chose qui doit cesser", avait déclaré plus tôt dans la journée Justin Trudeau.

Plusieurs milliers de personnes ont également manifesté à Toronto et dans d'autres villes au Canada contre le racisme et la violence policière. Le chef de police de Toronto a lui aussi mis un genou à terre en venant à la rencontre des manifestants dans le centre-ville. "Nous vous voyons et nous vous entendons", a-t-il dit.

Tollé de Trump

Pendant ce temps-là, le président américain Donald Trump a suscité un tollé en affirmant que vendredi était "un grand jour" pour George Floyd, alors qu'il avait convoqué les médias pour saluer la baisse surprise du chômage, attendu en hausse en raison des mesures prises pour lutter contre le coronavirus.

Ses commentaires sur George Floyd ont été largement interprétés comme un rapprochement surprenant entre cette bonne nouvelle économique et ce drame qui secoue les Etats-Unis. La Maison-Blanche a protesté contre cette "fausse" lecture. "Le président parlait très clairement du combat pour une justice équitable et un traitement équitable devant la loi lorsqu'il a fait ce commentaire", a dit sur Twitter un de ses conseillers en communication.

Juste avant de faire son commentaire sur George Floyd, Donald Trump avait évoqué ce thème. "L'égalité devant la loi doit signifier que chaque Américain reçoit le même traitement dans chaque interaction avec les forces de l'ordre, quels que soient sa race, sa couleur, son sexe et sa foi. Ils doivent être traités de manière juste par les forces de l'ordre", a-t-il estimé.

ats, afp

Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00