La Liberté

20.10.2020

Le PDC Yannick Buttet dénoncé devant la justice pénale

Yannick Buttet est accusé d'attouchements à caractère sexuel et paroles grossières (archives). © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Yannick Buttet est accusé d'attouchements à caractère sexuel et paroles grossières (archives). © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Partager cet article sur:
20.10.2020

Laude-Camille Chanton, présidente du Conseil général de Monthey (VS), a porté plainte fin septembre contre le président de Collombey-Muraz Yannick Buttet. Elle l'accuse d'attouchements à caractère sexuel et paroles grossières.

L'élue PLR de 34 ans, par ailleurs candidate malheureuse à l'exécutif montheysan ce dimanche, avait dénoncé en août des actes et propos déplacés de l'ex-conseiller national PDC de 43 ans tenus sous l'effet de l'alcool lors d'une soirée dans un établissement public. Elle n'avait à ce moment pas porté plainte, souhaitant se donner le temps de la réflexion.

"Laude-Camille Chanton, atteinte dans sa santé et vu l’absence de regrets et d’excuses de la part de l’auteur des actes, lequel a évoqué, publiquement, une manipulation à caractère politique, a décidé de dénoncer les actes qu’elle avait dû subir et les paroles déplacées devant le juge pénal", indique mardi son avocat dans un communiqué, confirmant une information publiée sur lematin.ch.

Auprès de l'agence de presse Keystone-ATS, la Chablaisienne insistait cet été sur le caractère non partisan de sa prise de parole. "Je parle en tant que femme et non comme élue. Ce que je dénonce va au-delà d'une étiquette partisane ou politique". Des propos qu'elle répète aujourd'hui pour expliquer sa décision.

"Fin juillet, j’ai fait l’erreur d’aller sur cette terrasse. J’ai eu la faiblesse de partir en piste. À midi, j’avais déjà eu un long repas avec trois homologues du Chablais. J’ai peut-être été trop proche avec elle, c’est quelqu’un que je ne connais pas. Mais je n’ai pas le souvenir de gestes déplacés. Je regrette cette situation pour tout le monde", a réagi Yannick Buttet auprès du matin.ch.

Condamné en 2018

Les accusations d'août avaient poussé Yannick Buttet à renoncer à se présenter sur la liste du PDC aux élections communales de dimanche.

L’ancien conseiller national avait été condamné en 2018 à 30 jours-amende avec un sursis de deux ans par ordonnance pénale pour contrainte et appropriation illégitime après une plainte pénale de son ancienne maîtresse. Révélée en automne 2017, cette première affaire, complétée par des témoignages de femmes et d’élues fédérales, avait coûté à Yannick Buttet plusieurs mandats politiques.

Il avait successivement démissionné du Conseil national, de la vice-présidence du PDC suisse, de la vice-présidence de la Société suisse des officiers. Yannick Buttet avait repris sa fonction de président de la commune de Collombey-Muraz le 1er février 2018, après un arrêt-maladie de deux mois.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00