La Liberté

L'inflation en zone euro n'a pas encore culminé (Lagarde)

Les soucis ne sont pas finis, a prévenu en substance Christine Lagarde, présidente de la BCE: © KEYSTONE/DPA Deutsche Presse-Agentur GmbH/ARNE DEDERT
Les soucis ne sont pas finis, a prévenu en substance Christine Lagarde, présidente de la BCE: © KEYSTONE/DPA Deutsche Presse-Agentur GmbH/ARNE DEDERT


Publié le 28.11.2022
Partager cet article sur:


La présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde serait "surprise" de voir l'inflation de la zone euro avoir atteint un sommet, a-t-elle déclaré lundi. Elle a suggéré que le resserrement monétaire en cours va se poursuivre.

La hausse des prix a atteint son plus haut niveau en octobre, à 10,6%, et elle était également très élevée à environ 5% en omettant les prix de l'énergie et des denrées alimentaires.

"J'aimerais voir l'inflation avoir culminé en octobre mais je pense qu'il y a trop d'incertitude" pour supposer que c'est le cas, ce qui "me surprendrait évidemment", a souligné la présidente de la BCE lors d'une audition devant le Parlement européen.

L'incertitude concerne en particulier la "répercussion du coût élevé de l'énergie sur les prix de détail", a-t-elle mis en avant.

Face à l'inflation élevée dans le sillage de la guerre en Ukraine, la BCE a relevé ses taux de deux points de pourcentage depuis juillet, ce qu'elle n'a jamais fait aussi brusquement de toute son histoire.

La prochaine hausse est programmée en décembre lors de la dernière réunion de l'année, mais selon une ampleur probablement moindre que les augmentations de 0,75% en septembre et octobre, selon les observateurs.

Mme Lagarde voit l'inflation baisser à plus long terme sous l'action de la politique monétaire et de la disparition progressive des goulots d'étranglement côté offre.

Dans l'immédiat "mes meilleurs économistes (au sein de la BCE)" voient encore le risque d'une inflation "en hausse", a-t-elle déclaré. Dans ce contexte les taux d'intérêt "sont et resteront le principal outil de lutte contre l'inflation", a poursuivi l'ancienne ministre de l'Economie française.

Aux États-Unis, la Réserve fédérale a commencé à relever les taux plus tôt et de manière plus agressive, estime désormais qu'un rythme plus lent de hausse des taux pourrait "bientôt être approprié".

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11