La Liberté

28.11.2020

Ecole de recrues 2021: Süssli s'attend à une affluence record

Le chef de l'armée Thomas Süssli s'attend à une hausse des effectifs pour l'école de recrues en 2021 (archives). © KEYSTONE/PETER KLAUNZER
Le chef de l'armée Thomas Süssli s'attend à une hausse des effectifs pour l'école de recrues en 2021 (archives). © KEYSTONE/PETER KLAUNZER
Partager cet article sur:
28.11.2020

L'armée suisse s'attend à une affluence record pour l'école de recrues l'année prochaine. Selon le chef de l'armée Thomas Süssli, il y aurait environ 1000 recrues supplémentaires.

Cela porte le nombre de recrues à environ 12'000, précise M. Süssli dans une interview publiée samedi dans le Blick. Et d'ajouter que l'armée recherche actuellement de nouveaux sites. Il y aura également davatage de personnels sanitaires.

L'affluence sera importante en 2021 car de nombreuses personnes ont désormais le temps d'effectuer leur école de recrues et ceux qui doivent la faire cette année-là ne la repoussent pas, indique le militaire.

En outre, de nombreuses personnes au sein de la population se sont portées volontaires parce qu'elles sont au chômage partiel ou qu'elles ont pris une année sabbatique dans leurs études et ne peuvent pas l'effectuer comme prévu, ajoute-t-il.

Information avant le recrutement

De manière générale, M. Süssli veut rendre l'armée plus attrayante, surtout pour les jeunes. L'armée va essayer d'intéresser les jeunes dès 17 ans déjà, soit avant le recrutement, par exemple avec une application. Celle-ci leur permettra de se renseigner sur l'armée, de réserver leur école de recrues et plus tard même de contribuer à façonner le service, explique-t-il.

M. Süssli est convaincu que l'armée doit polir son image. Un changement est nécessaire maintenant comme l'a montré l'acceptation de justesse par le peuple des nouveaux avions de combat, ajoute-t-il. L'armée doit mieux expliquer ce qu'elle fait, insiste-t-il.

Plus aussi présente qu'avant

L'armée est devenue plus petite et plus jeune. Elle n'est donc plus aussi présente dans la population qu'elle l'était lorsque le père rentrait à la maison en uniforme, avec un fusil et un équipement complet, relève M. Süssli.

Elle doit donc expliquer pourquoi elle est encore nécessaire aujourd'hui et ses capacités doivent correspondre aux dangers et menaces actuels, souligne-t-il. Les conflits sont devenus beaucoup plus complexes et se déroulent dans le cyberespace. Ils sont désormais menés avec des moyens politiques, économiques et criminels, détaille-t-il.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00