La Liberté

26.11.2021

Mesures contre la grippe aviaire au bord des lacs de Neuchâtel et de Morat

Les éleveurs de la région concernée devront appliquer des dispositions spéciales afin d'éviter la propagation de l'épizootie. © Keystone
Les éleveurs de la région concernée devront appliquer des dispositions spéciales afin d'éviter la propagation de l'épizootie. © Keystone

MRZ

Partager cet article sur:

Afin d’éviter la propagation de l'épizootie en Suisse, les aviculteurs devront prendre dès lundi des mesures pour rendre impossible tout contact entre leurs animaux et les oiseaux sauvages. Un cas a été détecté dans un élevage zurichois.

Un cas de grippe aviaire (H5N1) a été découvert le 24 novembre dans le canton de Zurich, chez un éleveur amateur. Fribourg n’est pour l’heure pas touché, mais une partie du territoire du canton entre dans la catégorie régions de contrôle et d’observation telles que définies par l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV). Il s’agit d’une bande de 3 kilomètres bordant les lacs de Neuchâtel, de Morat et le canal de la Broye.

Des dispositions particulières s’y appliqueront dès lundi 29 novembre. L’alimentation des animaux et leur sortie sont notamment soumises à des dispositions particulières, précise un communiqué de la Direction des institutions, de l’agriculture et des forêts (DIAF). Dans les régions de contrôle, les poules, les oies et autres volailles domestiques ne peuvent sortir qu’à certaines conditions, par exemple dans des locaux extérieurs munis d’un toit étanche et de parois latérales grillagées ou sur des aires de sortie protégées des oiseaux sauvages par un filet. Les oies et oiseaux coureurs doivent par ailleurs être détenus séparément des poules. Ces mesures seront applicables au moins jusqu’au 31 janvier 2022. Des informations complémentaires parviendront aux éleveurs de volailles concernés.

Des prélèvements par sondage ordonnés par le vétérinaire cantonal seront également effectués dans les unités d’élevage de volailles de ces régions. Les aviculteurs doivent aussi mener, en particulier dans les zones précitées, des contrôles actifs sur l’état de santé de leurs volailles et annoncer au vétérinaire cantonal tout animal présentant des symptômes suspects.

D’après les connaissances actuelles, la souche virale n’est pas transmissible à l’être humain. La consommation de viande de volaille ou d’œufs est sans risque.

Toute découverte de trois cadavres ou plus de cygnes ou de canards en 24 heures sur un même endroit doit être annoncée rapidement au garde-faune ou au Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (SAAV), qui ordonnera les examens nécessaires. Les cadavres ne doivent pas être touchés, mais signalés par exemple avec un petit drapeau ou une rubalise.

Pour rappel, quiconque détient des volailles (même à titre de loisir) doit s’annoncer sans délai au Service de l’agriculture (obligation d’enregistrement) et au SAAV.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00