La Liberté

La moitié des entreprises fribourgeoises veulent l'arrêt des quarantaines

Selon un sondage de la Chambre de commerce et d'industrie du canton de Fribourg, plus de deux tiers des entreprises membres voient leurs activités perturbées par les mesures de quarantaine et d'isolement et 46% demandent leur suppression.

Les quarantaines et les isolations perturbent les activités de deux tiers des entreprises sondées. © Keystone
Les quarantaines et les isolations perturbent les activités de deux tiers des entreprises sondées. © Keystone

MRZ

Publié le 18.01.2022
Partager cet article sur:

En début de semaine, le taux moyen d’absentéisme au sein des 172 entreprises sondées se montait à 14%. Une situation encore gérable selon la grande majorité d’entre elles (82%), en particulier grâce à la flexibilité du reste du personnel. Il y a eu très peu de fermetures complètes (moins de 1%) ou partielles (6%).

Selon un communiqué diffusé mardi par la Chambre de commerce et d'industrie du canton de Fribourg (CCIF), l’éventail des taux d’absentéisme va de 0 à 50%. Près de neuf grandes entreprises sur dix affirment être en mesure d’assurer les activités courantes, avis partagé par 78% des petites sociétés. Certaines, quelle que soit leur taille, doivent toutefois recourir à du personnel temporaire (ce qui entraîne des surcoûts) et d’autres évoquent une réorganisation quasi-constante.

Un gros tiers des répondants a fait état de retards de livraison ou de reports de délais dans la fourniture de services. Et 45% d’entre eux affirment que le recours au télétravail, permettant aux personnes en quarantaine mais pas malades de travailler, est un élément contribuant à assurer les activités courantes. Ce n’est évidemment pas le cas dans l’industrie, la vente au détail, la logistique ou encore la restauration et seules 38% des PME occupant entre 30 et 100 personnes ont fait état des avantages du télétravail, contre 57% des entreprises de plus de 100 personnes.

La situation est globalement très tendue, analyse la CCIF, ce d’autant plus que la moitié des entreprises n’ayant pas encore subi de perturbations liées aux quarantaines s’attendent à être concernées ces prochaines semaines. Pour 46% des entreprises sondées, les quarantaines n’ont plus de sens car elles ne permettent pas de casser les chaînes de transmission du virus. Un abaissement à trois jours de la durée des éloignements est préconisée par 19%. Et 38% pensent qu’il faut en rester aux mesures actuelles en attendant que la situation se régularise d’elle-même. Quelques entreprises demandent par ailleurs une prise en charge par l’Etat des coûts liés aux quarantaines.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00