La Liberté

Au-delà de l’entrée en religion

Partager cet article sur:
04.06.2020

A chaque élection, à chaque votation, je suis scandalisé par la majorité de citoyens silencieux. Aussi j’ai aimé que dans la préparation à la confirmation, un prêtre, rescapé de la défunte Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), ait longuement entretenu les adolescents, futurs citoyens, de leurs responsabilités civiques et de l’importance du droit (et du devoir?) d’élire et de voter.

Il savait que dans ce groupe, plusieurs étaient présents plus par soumission à leurs parents et à une coutume sociale qu’à une démarche religieuse. Cet aumônier a su leur expliquer que le baptême qu’ils avaient reçu bébés, et qu’ils étaient invités à renouveler en pleine conscience, n’était pas seulement un sacrement signifiant une entrée dans une religion, mais qu’il était aussi fête de l’entrée dans la communauté universelle: l’humanité.

Et devenir citoyen d’une démocratie, c’est participer à la recherche d’un peu plus de justice entre les hommes et de respect de la nature? Y renoncer par mépris ou paresse pose un sérieux problème de morale.

En pleine réflexion sur l’après de la crise mondiale actuelle, il serait bon que chacun se souvienne de la formule «voir-juger-agir» que l’abbé Cardijn (futur cardinal) proposait en 1912 à ses jeunes paroissiens.

On était loin de ce que saint Pie X écrivait en 1902: «Il est conforme à l’ordre établi par Dieu qu’il y ait dans la société des princes et des sujets, des patrons et des prolétaires, des riches et des pauvres, des savants et des ignorants, des nobles et des plébéiens.»

Michel Bavaud,

Treyvaux

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00