La Liberté

«Traduire, c’est enrichir»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Dans la grande bibliothèque de Josée Kamoun, des traductions de Philip Roth mais aussi Jonathan Coe, Jack Kerouac et Richard Ford. © DR
Dans la grande bibliothèque de Josée Kamoun, des traductions de Philip Roth mais aussi Jonathan Coe, Jack Kerouac et Richard Ford. © DR
Partager cet article sur:
04.09.2020

Porte-voix des littératures anglo-saxonnes, traductrice de George Orwell et Philip Roth, Josée Kamoun s’offre un automne helvétique

Thierry Raboud

Littérature » «La Suisse, l’endroit rêvé pour un traducteur!» Pays de cultures chevauchées où José Kamoun traversera l’automne. Cette funambule, qui s’est construite en porte-à-faux entre une mère parisienne et un père sicilien, s’y montrera généreuse de son art de l’entre-langue, célébré par le Programme Gilbert Musy 2020 et qu’elle déploiera en résidence au château de Lavigny, à la Fondation Michalski, au Club 44, à l’Université de Lausanne mais aussi au Livre sur les quais de Morges ce soir.

Traduire? Une liberté toujours à réinventer. «J’arrive d’un pays très à cheval sur le français hexagonal, plein de «il faut», «il ne faut pas»… Je ressens chez vous une plus grande ouverture, n&eac

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00