La Liberté

18.09.2020

Un cercueil à base de champignons pour préserver la nature

Il s'agit d'un cercueil qui est en fait un organisme fabriqué à partir de la structure racinaire de champignons (image symbolique/Keystone archives). © KEYSTONE/GAETAN BALLY
Il s'agit d'un cercueil qui est en fait un organisme fabriqué à partir de la structure racinaire de champignons (image symbolique/Keystone archives). © KEYSTONE/GAETAN BALLY
Partager cet article sur:
18.09.2020

Aux Pays-Bas, il est désormais possible de faire une bonne action pour la planète même après sa mort. Le "Living Cocoon", un cercueil "vivant" fait à base de champignons, permet une décomposition rapide du corps.

Dans ce cercueil, le commun des mortels devient du compost pour la nature et permet l'enrichissement de la terre grâce aux bienfaits du mycélium, l'appareil végétatif des champignons. Il s'agit d'une première mondiale, selon Bob Hendrikx, l'inventeur du "Living Cocoon".

L'idée a germé dans son laboratoire d'étudiant à l'université technologique de la ville de Delft. "Il s'agit d'un cercueil qui est en fait un organisme fabriqué à partir de la structure racinaire des champignons, les plus grands recycleurs de la nature", explique-t-il.

Le cercueil a récemment été utilisé pour la première fois, choisi comme dernière demeure par une femme de 82 ans, dont le corps sera entièrement décomposé d'ici deux à trois ans, un processus qui prend plus d'une décennie dans un cercueil en bois classique.

"Rendu au cycle de la vie"

Le cercueil se décompose également bien plus vite, en 30 à 45 jours, tandis qu'il faut parfois plus de 10 ans avant que les parties vernies et métalliques d'un cercueil classique disparaissent.

Le cercueil en champignons permet d'être "rendu au cycle de la vie" sans "polluer l'environnement avec des toxines présentes dans le corps et tout ce qui est mis dans les cercueils", a raconté M. Hendrikx. Les champignons "décomposent notre corps en nouveaux nutriments pour que la nature s'épanouisse", poursuit-il.

Le "Living Cocoon" a les dimensions et l'apparence d'un cercueil classique, mais la couleur blanchâtre caractéristique du mycélium. À l'intérieur, une couche de mousse est entreposée pour accueillir le corps du défunt et les insectes.

Le couvercle, la boîte, tout n'est que mycélium, ce qui fait que le cercueil est aussi bien plus léger qu'un cercueil en bois. Et moins cher: il coûte actuellement 1500 euros (1615 francs).

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00